Le truc pour réussir Chaturanga

chaturangaChaturanga est une position qui n’est pas facile à prendre. Et pourtant, on la retrouve dans un enchainement très connu et que tout le monde adore qui est la célèbre salutation au soleil.

Ca vaut donc la peine de s’ atteler à la redoutée posture de chaturanga pour enfin dénouer ses secrets.

Voici quelques données importantes ainsi qu’un petit truc pour réussir cette posture.

 En quoi consiste chaturanga ?

Chaturanga est une sorte de « planche » qu’on fait coudes pliés, en appui uniquement sur les mains et les orteils, de sorte que le corps se trouve en ligne droite à plus ou moins 10-15 cm du sol.

Dans les salutations au soleil, on descend dans la posture de chaturanga depuis la posture de la planche et avant de passer dans la posture du chien tête en haut.

De la posture de la planche Vers chaturanga
posture de la planche chaturanga

Pour une petite piqûre de rappel sur la salutation au soleil, cliquez ici.

Et très souvent, le passage de la planche vers chaturanga est très délicat. Les bras ne tiennent pas le coup, le corps se cambre voire s’effondre … Et, les premières fois que vous vous y essayez dans les cours collectifs, votre salutation au soleil adorée s’achève à ce stade, avec un gros soupir voire un semi grognement ou un fou rire.

 

Le gainage musculaire

La première chose importante dans la posture de chaturanga est le gainage des muscles.

Que ce soit à partir de la posture de la planche ou à partir du sol, on entre dans la posture sur l’expiration. Et cette expiration permet la contraction des abdominaux et de la base.

Egalement, les muscles des fesses et des jambes entrent en action. La contraction des fesses tire le sacrum vers les talons.

Evidemment, comme on le verra plus tard, les bras et les épaules sont aussi sollicités.

Tous les muscles du corps sont en éveil.

Ce gainage donne une sensation de force, d’endurance et d’unité importante pour pouvoir tenir un minimum la posture dans le temps.

 

La position des bras

Le défaut le plus courant qu’on rencontre chez les personnes qui s’essaient à chaturanga pour la première fois, c’est la position des coudes qui ont tendance à s’écarter du tronc.

Les coudes doivent restés serrés contre le corps. Pour cela, les épaules doivent être tirées vers l’arrière.

Ainsi, les coudes et les mains restent alignés sur les épaules. La distance entre les 2 coudes ne dépassent pas la largeur des épaules (distance entre les 2 épaules).

 

Le petit truc qui change tout

Le petit truc qui va suivre est la façon de « comprendre » la posture et est de l’ordre du ressenti dans la posture.

La grosse difficulté rencontrée au début dans chaturanga est souvent ressentie comme un manque de force dans les bras, ou une incapacité à soutenir son propre poids.

L’erreur est de rester dans une sensation de lutte contre la pesanteur.

Entraînez-vous en partant du sol, à plat ventre, à entrer dans la posture sur l’expiration.

Ne cherchez pas à vous soulever dans un mouvement uniquement vertical, contre la gravité. Cherchez à vous étirer dans le sens horizontal. Le bassin est le centre à partir duquel se fait cet étirement.

Pour mieux comprendre ce que je cherche à vous expliquer, imaginez une ficelle attachée à deux extrémités.

Lorsque la ficelle est détendue, molle (non gainée), elle touche le sol.

 

Pour que cette ficelle décolle du sol, vous n’allez pas chercher à la tirer vers le haut. Vous allez la tendre (la gainer) en tirant sur chaque bout, le bout de gauche vers la gauche et le bout de droite vers la droite.

La ficelle se trouve ainsi sur ses deux points d’attache, bien étirée entre ses deux extrémités, et ne touche plus le sol.

 

Et bien voilà, maintenant, il n’y a plus qu’à … 🙂 Simplement, soyez à l’écoute de vos limites. Respectez vos poignets.

Essayez-vous, amusez-vous, « effondrez »-vous avec le sourire, puis recommencez et éveillez cette force qui est dans vos tripes.

Enjoy !

Si cet article vous a plu, dites-le moi dans les commentaires. Et partagez !

10 Comments

  1. Cat

    Visualiser un élastique donne de la facilité pour mieux exécuter … je fais ça avec les enfants, ils sont les rois pour visualiser. Belle soirée

    • Eve Anne

      Bonjour Cat,

      Un élastique qu’on tend. Oui bonne idée !
      A bientôt

  2. Merci Eve Anne, comme le disait Napoléon :  » un petit croquis vaut mieux qu’un long discours…  » et c’est bien vrai !
    Je fais régulièrement du gainage et cette image de la ficelle que l’on étire depuis les extrémités aide pour la sensation intérieure importante dans l’exécution du mouvement…
    Bonne journée,
    Lucien

    • Eve Anne

      Merci Lucien !
      Et beaucoup de plaisir dans votre pratique! 🙂

  3. AM

    Tout simplement magnifique, les explications « roulent » « coulent »……..il n’y a plus qu’à………..merci merci

    • Eve Anne

      Merci !! 🙂
      Bonne pratique ! 🙂

  4. Nat

    Très intéressante, l’image de la ficelle, j’ai encore appris un truc, je m’en servirai, merci 🙂

    • Eve Anne

      Merci aussi et à bientôt 🙂

  5. VIGENT

    Bonjour,
    Toujours un grand plaisir de lire et de comprendre le déroulement avec de nombreuses explications bien choisies pour arriver et où se corriger sur une posture,j’adore vos articles,surtout continuez à nous enseigner….MERCI .A VIGENT

    • Eve Anne

      Merci à vous

      Votre commentaire me fait très plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :