La posture du chameau

La posture du chameau

 

La posture du chameau, ushtrasana, est une pratique de puissance, de résistance et d’intensité. D’ailleurs, on l’appelle aussi “la posture de la fermeté”.

Elles est parfois redoutée car l’idée de relâcher la tête vers l’arrière est, au début, source de peurs. On peut avoir peur de se faire mal au cou. On peut aussi se sentir inconfortable de par la sensation de déséquilibre, de perte de repère dans l’espace lorsque la tête part en arrière. C’est donc une posture qui raffermit non seulement le corps mais aussi le mental.

Mais, quand on commence à l’apprivoiser et à pouvoir s’y installer un peu plus dans le temps, c’est aussi une posture de lâcher prise. Quand le corps s’installe sans peur et en lâchant ses tensions, quand le souffle s’y débloque et que l’esprit ne la redoute plus mais y trouve de l’apaisement, la posture du chameau donne aussi une sensation d’ouverture, de légèreté et d’espace qui est très agréable.

C’est parti !

 

Comment prendre la posture du chameau ?

La posture du chameau : position de départMettez-vous sur les genoux, genoux à l’aplomb des hanches et tibias parallèles.

Installez mulabhanda et kecarimudra (retournez la langue dans la bouche et placez la pointe de la langue derrière contre le palais mou). Respirez en ujjayi.

Portez les mains sur les hanches. Fixez un point devant.

 

 

 

La posture du chameau, mains sur les hanches

 

Expirez et penchez-vous en arrière. Laissez la tête partir vers l’arrière et fixez un point derrière.

Dans ce mouvement, les fesses vont avoir tendance à reculer vers l’arrière, vers les talons. Il faut l’éviter.

Continuez à bien « pousser » le bassin vers l’avant pour qu’il reste à l’aplomb des genoux.

Tirez le sacrum vers le bas et soutenez le bas-ventre vers le haut.

 

Entrer dans la posture du chameau

 

Posez une main sur les talons.

 

 

 

 

 

 

La posture du chameau : versions complète

Puis posez l’autre main (ou les deux mains en même temps si vous savez).

Vous pouvez mettre les doigts sur les plantes de pieds et les pouces sur les talons. Si votre souplesse le permet, placez toute la main sur la plante de pied.

 

Faites ensuite vos souffles.

 

 

Revenir de la posture du chameau

 

Pour revenir, sur l’expiration, ramenez d’abord la tête puis ramenez le corps.

 

 

 

 

 

Mettez-vous ensuite dans la posture du diamant. Observez un instant.

 

Si vous avez des craintes pour remonter la tête, vous pouvez aussi, en expirant, ramener la tête et vous assoir en même temps sur les talons, directement dans la posture du diamant.

 

 

 

Puis observez dans l’embryon d’or. Pensez ici à bien rentrer le menton et à bien mettre le plus possible le sommet du crâne au sol (et pas le front). Restez aussi longtemps que nécessaire.

 

 

 

 

Posture du chameau : la version classique

Posture du chameau : souffle classiquePour cette version, les orteils sont allongés.

Classiquement, dans la posture du chameau, on va utiliser le souffle inégal : 1temps d’inspiration, jusqu’à 4 temps de rétention les poumons pleins, 2 temps d’expiration (par exemple comptez jusque 4 à l’inspiration, comptez 4 ou 8 ou 12 ou 16 pendant la rétention à poumons pleins, et comptez jusque 8 à l’expiration).

Au début, le souffle est difficile dans cette posture. Donc, adaptez en fonction de vos possibilités. Par exemple : 3 temps pour inspirer, tenir 3 temps pendant la rétention à poumons pleins et 6 temps pour expirer. Si c’est vraiment très compliqué pour vous, allonger simplement la respiration sans faire de rétentions.

Il y  a visualisations de base possible :

dans l’axe : à l’inspiration, visualisez l’expansion de l’énergie qui monte dans la colonne vertébrale, tenez les poumons pleins, et sur l’expiration, visualisez le souffle qui redescend dans la base.

dans la gorge : à l’inspiration et pendant la rétention les poumons pleins, visualisez l’expansion de l’énergie dans la gorge. A l’expiration, visualisez la condensation de l’énergie en un point au centre de la gorge

les mantras (sons à prononcer mentalement : ram à l’inspir et rétention – ksham à l’expiration

ou                                                                              om à l’inspir et rétention – ram à l’expiration

 

Posture du chameau : la version avec bhastrika abdominal

Posture du chameau : version avec bhastrikaDans cette version, les orteils sont rétractés

Cette version est la plus tonique car elle dure dans le temps,on peut faire un bhastrika abdominal en se concentrant dans chaque roue d’énergie, une à la fois, en partant du chakra de la base et en remontant vers le haut. Faites un bhastrika de 10 à 20 secondes en vous concentrant dans votre base. Ensuite, inspirez et gardez le poumons pleins un moment. Sur l’expiration qui suit, imaginez que le souffle monte dans le chakra du pubis. Recommencez le bhastrika en vous concentrant dans ce chakra. inspirez à nouveau et faites à nouveau une rétention les poumons pleins. Sur l’expiration, montez dans le chakra du ventre et recommencez. Et ainsi de suite … jusqu’au chakra du front inclus.

les mantras : om dans chaque centre ou utiliser le bija de chaque centre. ou coupler les deux ( om à l’inspir- bija à l’expir)

 

Posture du chameau : versions adaptées

Si la posture du chameau représente un véritable challenge pour vous et/ou que vous n’arrivez pas à dépasser vos peurs au début, voici quelques possibilités d’adaptation

La posture du chameau : version adaptée 1

 

 

 

1) Restez au premier stade de la posture, mains dans les reins. Faites quelques souffles dans cette position et revenez sur une expiration

 

 

 

2) essayez-vous à un “demi-chameau”, (si on peut l’appeler comme ça …)

Le demi chameau 1 Le demi chameau 2

 

Posture du chameau : bienfaits et contre-indications

Sur le plan énergétique, cette posture travaille l’axe, le chakra de la gorge mais aussi l’ensemble des chakras de manière globale. C’est une pratique d’éveil d’énergie. Et, en agissant sur la gorge, elle stimule la verticalité et de la libération du souffle.

Sur le plan physique, la posture du chameau est bénéfique pour le dos, la colonne vertébrale, et la relation lombaires-cervicales. Si les cervicales sont sensibles, il faut faire des postures courtes dans le temps et, éventuellement, les répéter plusieurs fois.

Elle stimule les reins, les surrénales, la thyroïde.

Quelques contre-indications : Je vous rappelle qu’un article de blog ne vaut pas l’avis d’un professeur !

Comme pour toute posture intense, si vous avez des soucis cardiaques, vous devez demander l’avis d’un professeur en présentiel pour vous accompagner.

Pour les personnes sujettes à l’hyperthyroïdie, il faut rester plus longtemps dans l’embryon d’or après la posture, en mettant bien le sommet du crâne au sol et en rentrant bien le menton. Cependant, en fonction de l’intensité de l’hyperthyroïdie, demandez également l’avis d’un professeur.

A vous de jouer maintenant !

 

Et vous, comment vivez-vous la posture du chameau ? Dites-moi tout dans les commentaires !

 

 

1 Comment

  1. MOULIA Louis

    Merci Eve-Anne,, je pense que je vais me remettre à cette posture, que je n’ai pas pratiquée depuis longtemps (autrefois je la prenais facilement, je pense que je pourrai encore y arriver, quitte à aller « doucement » au début ! ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :