Les deux mythes sur la souplesse et le yoga

Améliorer sa souplesse avec le yogaEntretenir sa souplesse ou retrouver sa souplesse si on sent qu’on est devenu raide est quelque chose d’important. La souplesse est, hormis cas exceptionnels, un signe de vitalité et de jeunesse.

La raideur est le signe de blocages corporels ou énergétiques et peut être synonyme d’inconforts, de limitations, de gênes au quotidien.

Entretenir la souplesse fait partie d’un entretien du corps, d’une hygiène de vie que, dans un idéal, tout le monde devrait adopter. Hors, c’est loin d’être souvent le cas.

 

Bébés, nous naissons tous souples. Puis, progressivement, plus ou moins tôt ou tard dans la vie en fonction des prédispositions et du vécu de chacun, le corps va perdre de son élasticité, de son aisance si nous ne faisons rien pour y remédier.

Je voulais donc démonter avec vous deux mythes à propos du yoga et de la souplesse, afin que ces deux fausses croyances ne représentent plus un obstacle à votre pratique.

 

Qu’est-ce que la souplesse ?

La souplesse se définit par rapport à notre capacité de mouvement.

Elle se mesure par deux choses :

1) l’amplitude d’un mouvement.

2) l’aisance avec laquelle le mouvement est exécuté.

Par exemple :

Avoir des hanches souplesDans la posture de badrasana, on essaie de descendre les genoux le plus près possible du sol, voire de poser les genoux au sol. La capacité à réaliser cette posture est liée à la souplesse des hanches, c’est-à-dire :

– L’amplitude de l’ouverture latérale des hanches : si les genoux descendent peu, l’amplitude est faible. Si les genoux descendent beaucoup, l’amplitude de mouvement est élevée.

– L’aisance dans l’ouverture des hanches : L’amplitude du mouvement n’est effectivement le seul facteur à tenir en compte. Si les genoux descendent sans ou avec peu d’effort, on dira que les hanches sont souples. Si les genoux descendent mais que c’est difficile, voire que je dois “forcer”, on dira que les hanches sont raides.

 

Avoir des épaules souplesDans la posture de parvatasana :

– Si je peux lever les bras complètement à la verticale avec les coude tendus, alors l’amplitude est élevée. Si les coudes restent pliés ou si je ne peux pas lever les bras complètement à la verticale en dirigeant les paumes de mains vers le haut, l’amplitude est faible.

– Si je peux lever les bras complètement à la verticale et tendre facilement mes coudes, alors les épaules seront considérées souples. Si je peux tendre les bras et les coudes mais que ça me demande beaucoup d’effort, alors on dira qu’il y a un manque de souplesse, de la raideur.

 

La souplesse ne se définit donc pas uniquement par le fait qu’on peut “se plier en quatre” dans des postures très compliquées ou “se contorsionner”. Le facteur “aisance, facilité” est tout aussi important.

Et pour avoir une vie agréable au quotidien, il n’est pas forcément nécessaire de pouvoir se contorsionner dans une posture de yoga dite avancée.

Il est par contre important de pouvoir faire les gestes du quotidien avec aisance et confort.

 

Les deux mythes à propos du yoga et de la souplesse

 

Mythe 1 : Il faut être souple pour faire du yoga

« Il faut être souple pour faire du yoga. Et comme moi, je suis raide comme un piquet, je ne peux pas en faire »

C’est TOTALEMENT FAUX !!!

1) La souplesse n’est pas un pré-requis pour faire du yoga. C’est tout simplement une CONSEQUENCE de la pratique !

Dire qu’on ne fait pas de yoga parce qu’on est trop raide, c’est comme si un culturiste avait dit à ses débuts qu’il ne ferait jamais de musculation parce qu’il n’a pas assez de force. Ou comme si un marathonien avait dit à ses débuts qu’il ne ferait jamais de course à pied parce qu’il n’a pas la capacité respiratoire. Ce n’est pas juste. Un culturiste a acquis sa musculature parce qu’il a fait de la musculation. Et un marathonien a acquis sa capacité respiratoire en apprenant à courir.

Bien au contraire, si vous avez de la raideur, vous avez d’autant plus besoin de faire une pratique qui va vous aider à retrouver de la souplesse. Car la souplesse est liée au dynamisme, au bien-être et à la jeunesse.

Le tout pour vous, si vous avez de grosses difficultés au niveau de la souplesse, sera de développer un état d’esprit propice à la pratique, un état de motivation mais aussi d’acceptation des limites corporelles présentes au départ, pour pouvoir les dépasser.

 

2) Il existe énormément de variantes et de possibilités d’ADAPTATION des différentes postures et pratiques

Par exemple :

posture de la tortueDans la posture de la tortue, on peut soutenir les hanches par des couvertures et la tête par un coussin ou une brique de yoga

 

 

 

Posture de l'arbreDans la posture de l’arbre, on peut poser le pied sur le côté du mollet ou de la cheville sin on ne sait pas le déposer sur le haut de la cuisse

 

 

 

 

 

Posture de la demi-torsionDans la demi torsion, on peut allonger la jambe du dessous plutôt que de la garder pliée

 

 

 

 

Mythe 2 : Je suis raide, je suis comme ça et je ne peux rien y faire

“Déjà plus jeune, j’étais raide, j’étais nul en gymnastique. j’ai toujours été raide. Et je ne vois pas pourquoi ça changerait maintenant”

“Quand j’étais jeune, j’étais souple (par exemple, je pouvais faire la chandelle). Mais avec l’âge, on se raidit, c’est comme ça!”

“J’ai travaillé 30 ans sur une chaise de bureau. Et maintenant, je suis rouillé, encroûté. Je ne pourrai plus jamais redevenir souple”

Et bien, TOUT CA AUSSI, c’est complètement FAUX!”

Nous pouvons être plus ou moins souple de manière innée MAIS la souplesse, c’est avant tout quelque chose qui s’acquiert, qui se travaille et qui s’ ENTRETIENT.

Devenir raide n’est sûrement pas une fatalité irréversible !

Je vous le répète. Bébé, nous naissons tous souples. Puis, avec le temps qui passe, selon nos prédispositions, notre vécu, ou tout simplement avec le processus naturel de vieillissement, le corps développe de la raideur, voire des tensions et des blocages. Ces raideurs s’installent plus ou moins tôt ou tard dans la vie. Il est alors important d’apprendre à relâcher ses tensions, d’apprendre à se connaître, afin de retrouver de la souplesse pour garder un corps fonctionnel et confortable tout au long de la vie.

 

A vous de jouer !

Afin que puissiez comprendre que la raideur n’est pas irréversible et que la souplesse s’acquiert avec la pratique, je vous propose une petite expérience.

tester votre souplesse avec padahastasana1) Placez vous en padahastasana, la posture des mains aux pieds.

Observez où arrivent vos mains et mesurez la distance qu’il vous reste à parcourir pour que les mains touchent le sol.

Si vos mains touchent le sol, c’est déjà super ! Observez quelle position prennent vos mains. Est-ce que vous touchez du bout des doigts, avec les premières phalanges, etc … ?

 

2) Faites votre salutation au soleil. Faites là une, deux, trois fois.

Si vous ne savez plus comment ça marche, cliquez sur le lien :   la Salutation au soleil

 

3) Ensuite, placez-vous à nouveau en padahastasana. Et observez maintenant où se placent les mains.

Mesurez la distance qu’il vous reste à parcourir jusqu’au sol. Vous verrez que cette distance a changé et que vous descendez plus vers le sol, après vos salutations au soleil, que juste avant de les avoir faites.

 

A vos tapis de yoga maintenant !

Et si vous avez aimé l’article, laissez-moi un petit mot dans les commentaires ! Ca fait toujours plaisir !

3 Comments

  1. guillon

    Bonjour et merci pour vos simples et précieux conseils, cela fait longtemps que je regarde le yoga de loin en me disant qu un jour j en pratiquerai moi aussi, j ai fait beaucoup d autre sport art martiaux et surtout gymnastique mais j ai arrete depuis presque 15 ans ,j ai 44 ans cette annee et je pratique le badminton
    j ai garde une certaine souplesse mais en essayant la pose du lotus ou zazen, je ni arrive pas je suis trop raide des hanches je pense, je suivrai donc vos conseils concernant le lotus.
    je crois que ce qui m a fait reculer un peu aussi avec le yoga c est justement les différentes styles de yoga proposes tous sont bénéfiques et mon manque de connaissance de cet art, etant plus sage a present je vais suivre vos programmes
    cdt

    • Eve Anne

      Bonjour Guillon,

      Merci pour votre message,

      C’est une très bonne initiative que de vous mettre au yoga. Je ne peux que vous encourager !

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :