Comprendre et vivre une posture : comment j’ai « débloqué » yoganidrasana

enfant yoganidarasanaDans la pratique du yoga, l’entraînement, la régularité, l’engagement sont la clé du progrès. C’est une certitude.

Il n’y a pas de secret, il n’y a pas de miracle. Pratiquez et vous récolterez les fruits. Ne pratiquez pas et il ne se passera jamais rien.

Parfois le progrès suit une droite, il est linéaire. Chaque jour ou chaque fois que vous pratiquez une posture, vous sentez que vous la faites de mieux en mieux, que vous gagnez un peu plus de souplesse ou de force…

Par exemple, vous voulez apprendre le grand écart. Vous vous y essayez une première fois et vous vous rendez compte qu’il vous manque 20 cm pour que votre bassin touche le sol. Vous allez vous entraîner et progressivement, le nombre de centimètres pour atteindre le sol va diminuer. Et puis, un jour, ça y est, vous faites le grand écart.

 

Parfois, le progrès se fait sous forme de “bond”, ce que j’appelle “un déclic”. En fait, c’est pour moi l’équivalent de ce qu’on appelle un “saut quantique”. Vous pouvez très bien vous entraîner pendant des mois, des années sur une posture et ne pas voir de progrès. Et puis, tout à coup, un déclic se fait. Vous ne savez pas pourquoi mais il y a quelque chose de différent, comme un espace qui se libère. Votre corps est devenu plus “intelligent”, plus libre. Il ressent et comprend tout à coup les choses différemment. Et vous gagnez en une fois ces 20 cm qu’il vous manquait pour faire votre posture.

 

Si je vous parle de ça, c’est parce que j’ai déjà expérimenté ce “déclic”. Mais il y a qielques jours, je l’ai vécu de manière particulièrement significative.

C’est qui encore plus intéressant, c’est que c’est un problème de santé qui m’a permis de faire “le bond”.

En fait, ça va un peu plus loin que ça. C’est aussi une expérience du “moment présent”.