Installer une pratique de yoga régulière

yoga régularitéLe secret d’une pratique qui fonctionne bien, qui apporte les bienfaits attendus, c’est la régularité.

Il n’est pas forcément nécessaire de pratiquer des heures et des heures d’affilée. Mais il est important de pratiquer souvent et régulièrement.

La répétitivité est ce qu’il y a de plus payant : un temps réservé à la pratique profitera plus sur plusieurs séances que sur une seule.

Il est donc préférable de faire 15-20 minutes tous les jours ou tous les 2 jours que de faire 1h –1h30 ou 2 heures une fois sur la semaine.

 

Cette régularité n’est pas toujours facile à mettre en place. On a beau savoir que c’est important, on ne s’y met pas, on trouve des excuses :

  • “Je n’ai pas le temps”
  • “Je manque de motivation”
  • “Je n’ai pas de discipline, je procrastine”
  • “Je me sens seul(e) dans ma pratique”
  • “je ne sais pas quoi faire quand je suis seule sur mon tapis”
  • “J’ai peur de mal faire, de me faire mal si je pratique seul(e)”

etc …

Et lorsqu’on s’est rendu compte qu’on a loupé sa séance, nous voilà en proie avec des sentiments de frustration, de culpabilité.

 

Une des premières choses pour aider à installer une pratique régulière est d’installer un cadre.

Il s’agit de définir un moment dans la journée dédié à la pratique, de décider de prendre 15 ou 20 minutes tous les jours ou tous les deux jours pour faire sa pratique. Ensuite, “il n’y a plus qu’à” s’organiser.

Cette décision importante, cet engagement vis-à-vis de soi-même, demande d’exercer sa volonté. Mais cette décision est aussi un acte de respect et d’amour pour soi qui a une valeur inestimable.

 

La deuxième chose importante est de laisser une place importante au plaisir et à la saveur qu’on va retirer de sa pratique

Les bénéfices tangibles, la sensation revigorante et de bien-être qu’on va retirer d’une pratique de yoga vont devenir, avec le temps, un moteur interne pour installer naturellement une pratique régulière. Et au plus je vais pratiquer, au plus les bénéfices vont se manifester.

La notion de plaisir va alors devenir le carburant même qui va alimenter la volonté. Et notre séance quotidienne va devenir tout simplement une nouvelle habitude, un nouveau réflexe.

A nous ensuite de jouer au funambule afin de trouver cet équilibre entre la volonté et le plaisir, heureux mariage garant d’une pratique régulière, durable dans le temps et basée sur la joie et l’envie plutôt que sur le sentiment d’obligation ou de culpabilité.

 

 Souple dans le corps et souple dans la tête

“Cette semaine, j’ai dû garder mes petits-enfants, j’ai raté ma séance”

“On me dit que c’est mieux de pratiquer le matin, et moi, je préfère le soir …”

“Cette semaine, je suis parti en vacances … je n’ai rien fait”

“Il y a des jours où je sais faire une vraie séance chez moi. Puis il y a des jours où j’arrache 5 minutes à droite, 5 minutes à gauche où je fais juste une posture en vitesse … Est-ce que c’est valable ?”

“Il y a des jours où je n’ai pas d’autre choix que de faire ça au bureau. Je fais semblant de rien, je ferme les yeux et je respire. Personne ne s’en rend compte … Vous croyez que je peux faire ça ?”

Et bien,vous savez quoi ? Tout ça, c’est OK. Même si c’est la “routine” qui est le meilleur garant d’une efficacité, nous avons tous nos limites. Le plus important étant de garder le contact avec sa pratique, et de garder un lien avec sa respiration.

Personne ne peut définir votre cadre (lieu, heure, fréquence, …) à votre place. Acceptez vos limites, fixez-vous des objectifs réalistes et réalisables. Il vaut mieux se fixer des objectifs modestes et se rendre compte qu’on peut s’y tenir, plutôt que de voir trop grand et de se dire qu’on a échoué.

 

Une pratique en deux temps

Le premier temps de la pratique, c’est de “faire ce que le prof dit, comme il le dit”. C’est le temps de l’apprentissage.

Le yoga se transmet de manière traditionnelle de maître à disciple (disons à notre niveau de prof à élève) en respectant des codes de transmission. Une posture s’explique et se transmet toujours de la même manière, sans fioriture ni invention personnelle.

Et il est important d’apprendre et de pratiquer sa posture comme “le prof l’a enseignée”.

C’est peut-être le temps de pratique où la volonté va avoir le rôle le plus important. Ce temps d’apprentissage est important pour développer sa discipline, sa tenue personnelle, et aussi pour comprendre le sens et les effets d’une posture.

Dans un deuxième temps, il est important de créer sa pratique personnelle. On peut alors créer un espace d’exploration, de découverte qui ne concerne que nous. Je ne me base plus sur les règles. Je me laisse juste guider par l’instant présent. Et, il faut bien le dire, c’est quand même là que c’est le meilleur  ! C’est clairement le temps de pratique où c’est le plaisir qui va être mis en avant.

Cet espace personnel est très important pour la régularité. Car il est créateur d’envie et de jouissance.

Un bon truc est d’alterner la façon dont on appréhende sa pratique de yoga. Parfois, on « révise » ses postures comme si c’était la première fois (premier temps de la pratique). D’autre fois, on improvise sa séance personnalisée.

A vos tapis de yoga maintenant ! Je vous souhaite une très bonne pratique !

 

Si cet article vous a plu, laissez un p’tit commentaire !

 

8 Comments

  1. Élisabeth Pacqueu

    Merci Eve-Anne,
    Ton article me conforte dans ma pratique, je comprends beaucoup mieux pourquoi j’adore me retrouver sur mon tapis au grenier dans mon petit nid que je me suis aménagé, chaque jour j’écoute mon corps, je pratique en essayant de bien me souvenir de ce que j’ai découvert en cours, puis je lache, je laisse faire et je savoure.
    Belle journée à toi.
    Élisabeth

    • Eve Anne

      Bonjour Elisabeth,

      C’est super de lire des commentaires comme le tien 🙂 Ca fait plaisir 🙂

      Bonne continuation !

  2. Merci pour cet article !!
    J’ai commencé le yoga il y a deux mois et depuis je me sens totalement différente dans mon corps et ma tête ! Je me suis inscrite à un cours de Hatha qui a lieu une fois par semaine près de chez moi et depuis 15 jours je pratique en plus 30 minutes tous les matins au réveil.
    Il y a eu quelques accrochages avec le week-end et les réveils tardifs en semaine mais j’essaie de tenir le rythme. Pour le moment je pratique au milieu du salon ce qui peut être un peu compliqué puisque les chats le matin ont envie de câlins : ils n’arrêtent donc pas de me grimper dessus, de passer entre mes jambes ou de s’allonger à côté de moi sur le tapis. Notre maison est en travaux mais j’ai d’ores et déjà réservé une des prochaines chambres pour ma pratique à la maison !
    Bonne journée !

    • Eve Anne

      Bonjour Julie,

      Bravo pour votre démarche ! C’est super et ça fait plaisir !! 🙂

      Bonne continuation !

  3. Coucou, merci pour cette motivation, pour moi ça reste un peu compliqué de pratiquer tous les jours car j’ai deux enfants tous petits, qui sont pas mal prenants! Mais sur mon temps libre je trouve du temps, heureusement!!! Je vais essayer de me motiver encore plus par la recherche du plaisir qu’on en retire!!!! Au plaisir de te lire à nouveau!

    • Eve Anne

      Merci Adeline,

      Bonne pratique !

  4. Super article !
    je pratique depuis deux ans, j’ai commencé dans ma cours, sur une serviette. Puis mon mari m’a aménagé un lieu dans un ancien garage à vélo. Chauffage et matériel toujours en place, voilà qui motive aussi. Il est vrai qu’en hiver, c’est toujours un peu plus difficile. Après une trêve hivernale, où je ne pratiquais que le week end, aujourd’hui, je retrouve le plaisir d’aller dans mon « zendo » tous les matins. Mon petit rituel, réveil à 6h, 20 à 30 min de yoga, et 20 min de méditation. A 7h, je suis au petit déjeuner avec ma fille de 10 ans et prête pour une journée de travail. Je vous rejoins complétement sur la régularité. Lorsque je me réveille, je pense yoga et méditation, et je n’ai plus qu’une envie, de sentir mon corps en mouvement, faire mes postures préférées, mes 5 min de respiration « nadi shodana » et ma méditation. Moins je pratique, moins j’ai envie ! Mon petit plus pour me motiver, je prends note de ma séance, des postures, et certains jours je me dis « ça fait longtemps que je n’ai pas fait Gomukhasana. Demain matin, je la fais ».
    Bises à vous tous

    • Eve Anne

      Bonjour Estelle,

      Merci pour votre témoignage

      Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :