yoga et alimentation : les 3 nourritures du yogi

Yoga et alimentation : les 3 nourritures du yogiJe me pose souvent la question du végétarisme, voire du végétalisme. Lorsqu’on connaît les problèmes de maltraitance des animaux d’élevage et qu’on sait que l’industrie de l’élevage animal est le plus gros fléau écologique de la planète, c’est difficile de ne pas se poser de questions sur notre alimentation.

J’ai dernièrement ressenti le besoin et l’envie de diminuer progressivement (jusqu’à éliminer le plus possible et dans la mesure du possible) tout aliment que je ressens comme un irrespect total de la vie et de moi-même. Je ne dirais pas que c’est une « bonne résolution ». Je ne crois pas aux bonnes résolutions. C’est plutôt un besoin de se reconnecter à l’essentiel, de vivre à ma juste place et à ma juste valeur. Pour paraphraser Pierre Rabhi lorsqu’il dit que sa vie vaut plus qu’un salaire, je dirais que « Je vaux plus qu’un steack et qu’un poulet de batterie, je mérite mieux qu’un maïs transgénique ».

Dans cette phase de grand changement, je tiens plus que jamais compte de l’importance des 3 nourritures du yogi. Je commence tout doucement à saisir la subtilité et l’importance de cet équilibre à atteindre.

Car en yoga, l’alimentation ne concerne pas que ce que nous mangeons.

 

Les 4 types d’alimentation selon Masanobu Fukuoka

7479887962_416ac8782f_oAyant entrepris un jardin potager familial en permaculture depuis plus ou moins un an, je lis pas mal de choses sur les méthodes de culture naturelles.

Le plus beau livre que j’aie pu lire sur le sujet est “La révolution d’un seul brin de paille” de Masanobu Fukuoka. Ce livre est bien plus qu’un livre sur l’agriculture.

Convaincu que nous ne pouvons isoler un aspect de la vie d’un autre, M. Fukuoka nous enseigne comment la santé tant physique que spirituelle de l’homme et la santé de la terre commence par la façon dont nous cultivons nos légumes et nos céréales. Il ne s’agit pas de simples considérations sur l’importance de manger “bio” et nous sommes loin des “bons conseils” du genre “éviter les sucres et la graisse”.

M Fukuoka nous montre un chemin de re-découverte de notre véritable lien à la nature et un art de vivre en harmonie totale avec elle. Un chemin où la spiritualité et la conscience de l’unité prend racine très concrètement dans notre assiette.

Yoga et alimentation

Beaucoup de personnes croient que les pratiquants du yoga sont tous végétariens, ont un régime très strict, ne boivent pas d’alcool,… C’est une croyance erronée.

Certaines écoles de yoga ainsi que l’ayurvéda donnent des conseils ou des règles alimentaires. Mais dans le yoga traditionnel, il n’en est pas ainsi.

Dans le cadre d’une sadhana, période de temps plus ou moins longue où le yogi va s’engager dans une pratique intense de plusieurs heures par jour, les textes traditionnels proposent un régime adapté (riz, laitage essentiellement). Le but de ce régime est d’éviter au pratiquant de dépenser trop d’énergie dans la digestion afin de pouvoir investir cette énergie dans sa recherche spirituelle. Hormis dans ce cadre précis de pratique intense, il n’existe pas d’alimentation universelle mais bien une alimentation adaptée à chaque personne. Et c’est la personne elle-même qui est seule juge de ce qui lui convient en fonction de ses goûts.