Découvrez vos talents cachés …

strengths finder 2.0J’ai lu le livre “Strengths Finder 2.0” de Tom Rath. Je voulais vous partager cette lecture car je trouve que certaines des idées exposées sont très intéressantes.

Tom Rath présente dans ce livre le travail de Donald O. Clifton, considéré aux USA comme le père d’une nouvelle forme de psychologie basée sur les forces et talents des individus (plutôt que sur leurs problèmes et leurs faiblesses).

Le premier constat est que, dans nos sociétés, les gens se focalisent sur leurs faiblesses et dépensent énormément de temps et d’énergie pour corriger ces faiblesses. Il y a même une forme d’éloge de l’effort et du dur combat mené pour atteindre à tout prix l’objectif fixé. Or, fixer son attention sur la correction de ses faiblesses est une erreur. Connaître nos talents innés et y investir notre temps et notre énergie pour les transformer en véritables “forces” nous apporterait beaucoup plus d’épanouissement personnel tout en favorisant la création d’une société optimale.

A titre d’exemple :

  • Sur 1000 personnes qui n’ont pas l’opportunité de faire au quotidien dans leur travail “ce qu’elles font de mieux”, AUCUNE n’est engagée émotionnellement dans son travail.
  • Une étude a démontré que sur 100 personnes ayant un manager qui les ignore, 40% d’entre elles sont totalement désinvesties de leur travail. Sur 100 personnes ayant un manager qui appuie sur les faiblesses de ses employés, 22% se désinvestissent de leur tâche. Sur 100 personnes dont le manager s’intéresse aux forces de chacun, seulement 1 % des personnes se désengage.
  • Sur 10 millions de personnes, 7 millions n’ont pas l’opportunité de faire dans leur travail quotidien ce pour quoi elles sont douées mais doivent effectuer d’autre tâches “juste pour recevoir leur paie”
  • Les personnes qui travaillent dans leur “domaine de force” sont 6 fois plus impliquées dans leur travail que les autres
  • Lorsqu’une personne travaille dans un domaine où elle ne peut pas exploiter ses talents, elle a tendance à ne pas avoir envie d’aller au boulot, à avoir des interactions négatives avec ses collègues, à mal recevoir ses clients, à critiquer la compagnie pour laquelle elle travaille, à accomplir moins de travail sur la journée, à limiter les moments de créativité.

Au vu de ces chiffres, une réflexion intéressante est également soulevée à propos de l’éducation. Dans les écoles, on banalise les bons résultats des élèves et on passe beaucoup de temps à essayer de les rendre meilleurs là où ils ont de mauvaises notes. Cela va complètement à l’encontre de ce qui permettrait aux étudiants de développer leur plein potentiel.

D. Clifton a donc décidé de changer la question communément posée en psychologie “Qu’est-ce qui ne va pas chez vous?” par la question “Qu’est-ce qui marche vraiment bien chez vous ?”

 

Une maxime erronée

“Vous pouvez devenir/être qui vous voulez, si vous y travaillez suffisamment fort”.

On aime à y croire. Et pourtant, cette affirmation est complètement fausse. La plupart d’entre nous pourra s’entraîner des milliers d’heures au basket-ball mais ne deviendra pour autant jamais un Michael Jordan. Ou encore s’entraîner des milliers d’heures au piano sans jamais devenir une Martha Argerich.

La réalité est que nous avons tous naturellement des domaines dans lesquels nous avons un potentiel de réussite élevé et que notre développement personnel dépend de notre investissement dans ces talents naturels.

La bonne maxime est donc la suivante : “Vous ne pouvez pas être tout ce que vous voulez mais vous pouvez être bien plus que ce que vous êtes déjà”.

 

34 talents innés

En s’intéressant à une multitude de sphères de la société, depuis les femmes au foyer jusqu’au cadres d’entreprise, quels que soient l’âge, le sexe, …  D. Clifton a mis au point en 1998 une liste de 34 thèmes ou patterns, qui sont en fait un essai de classification de 34 “talents” humains. Chacun de ces “talents” est en fait une prédisposition naturelle de l’individu dans sa manière de penser, de ressentir et de se comporter.

Par exemple : communication, adaptabilité, concentration, capacité de “connexion”, capacité analytique, talent relationnel, …

Ces talents sont comparables aux muscles. Si on les ignore, ils ne se développeront jamais. Pour les transformer en véritables “forces”, il est bien sûr nécessaire de passer du temps à développer connaissances, compétences et expériences en lien avec ce don naturel. Néanmoins, vos “talents” représentent le meilleur atout dans lequel vous pouvez investir pour vraiment faire une différence tout en vous épanouissant.

L’équation est la suivante :

la force = le talent  x l’investissement

  • force : la capacité à fournir systématiquement une performance proche de la perfection
  • talent : la façon innée de penser, de ressentir et de se comporter
  • investissement : le temps passé à pratiquer, à développer des compétences et à construire la connaissance

 

Découvrir ses talents naturels

Le livre “Strengths finder” s’accompagne d’un test psychologique que vous pouvez faire gratuitement sur le net. Ce test est accessible grâce à un code privé que vous recevez en achetant le livre.

Le livre est en anglais (du moins je n’ai pas trouvé de version française) mais, rassurez-vous, le test est en français.

C’est un test d’une trentaine de minutes où vous sont posées de nombreuses questions. Le temps de réponse est court (20 secondes par question) afin que vos réponses soient les plus spontanées possible. Si vous jouez le jeu, je vous conseille de vous isoler. Ca demande de la concentration.

A la fin du test, vous recevez un petit fascicule imprimable (en anglais) d’une vingtaine de pages où vous trouverez vos 5 talents “innés”, ce pour quoi vous naturellement doué.

Pour chacun de ces talents, le livre donne une description détaillée du mode de fonctionnement, de ce que vous aimez ou pas, comment vous pouvez utiliser ces talents, avec quel genre d’autre “talent” vous avez avantage à vous associer, des idées d’actions, des idées d’emplois, des conseils pour améliorer vos relations, des mises en garde sur vos limites …

Principalement, il s’agit de :

  • investir son temps et son énergie là où on peut exprimer ses talents naturels
  • ne pas perdre son temps à essayer de s’améliorer pour des talents que nous n’avons pas
  • éviter de s’engager dans des tâches qui demandent des talents que nous n’avons pas et trouver des stratégies qui permettent simplement que nos lacunes ne nous bloquent pas (par exemple s’associer avec des personnes qui ont les talents que nous n’avons pas)
  • Comprendre les avantages que nous procure nos talents mais aussi leurs limites

 

Ce que le test m’a appris

Là où le test est très intéressant, c’est que la plupart des gens ne sont pas conscients de leur talent inné ni de ceux des gens qu’ils côtoient. Lorsque vous êtes naturellement doué dans un domaine, vous avez tendance à croire que tout le monde fonctionne comme ça. Vous ne voyez pas votre singularité ni ce que cette singularité peut apporter à votre entourage. Ou inversément, vous ne comprenez pas toujours pourquoi ce qui est évident pour vous ne l’est pas forcément pour d’autres.

Personnellement, découvrir mes “talents” m’a donné plus de confiance en soi.

Par exemple, j’avais déjà remarqué que je pouvais parfois me perdre dans des idées, dans des projets, des rêves où parfois les gens de mon entourage n’arrivaient pas à me suivre. Je passais parfois aux yeux de mes proches pour une douce rêveuse, quelqu’un un peu hors réalité ou naïve. Je croyais que c’était plutôt un défaut, ou une forme de fuite.

Et bien non ! C’est un talent : “Ideation” : à savoir la tendance à être fascinée par les idées et la capacité à créer des liens entre des phénomènes qui semblent disparates aux yeux des autres.

Les résultats du test donnent des conseils pour tirer parti de ce talent comme

  • Etre sûre d’avoir terminé de “penser” mes idées avant de les communiquer pour ne pas que les autres décrochent, faute de pouvoir faire les liens
  • m’associer avec quelqu’un d’analytique pour me challenger sur mes idées
  • prévoir des moments de lecture et des moments pour penser parce que c’est ce qui me dynamise
  • créer des réunions avec des “rêveurs”, des visionnaires, des gens qui ont de l’imagination
  • accumuler de la connaissance de plusieurs domaines que je trouve intéressants et créer des liens pour en faire émerger de nouvelles idées
  • utiliser des métaphores, des dessins, … pour me faire comprendre
  • etc…

J’ai aussi trouvé des conseils pour établir une meilleure relation aux autres. Par exemple, un de mes talents est “Connectedness”, la “capacité de connexion”, définie comme “la foi dans le lien qui unit toutes les choses, l’intime conviction qu’il n’y a pas de hasard et que tout arrive pour une raison”.  Je sais maintenant que :

  • j’ai intérêt à m’associer avec quelqu’un qui a des talents de communication afin de mettre des mots et exemples concrets sur ce que je ressens de manière intuitive
  • je peux aider des personnes au background différent à créer du lien ou aider une personne à avoir une vision plus large de sa situation
  • Attention ! Ne pas essayer de convaincre par des arguments rationnels des personnes qui ne partagent pas la même intuition que moi
  • etc …

 

En conclusion

La première fois où j’ai lu les résultats de mon test, j’ai trouvé que c’était chouette mais pas forcément transcendant. C’était bien de réaliser que certains de mes comportements relevaient d’un mode de fonctionnement plus large et surtout que ce mode de fonctionnement est un talent, quelque chose de particulier et qui peut avoir beaucoup de valeur quand il est bien utilisé.

Depuis, je relis régulièrement des extraits de mon petit fascicule en fonction des situations et je dois bien avouer que c’est de très bon conseil et que ça ouvre des perspectives.

Si vous êtes méfiant des tests – questionnaires psys, je vous comprends. Mais sachez qu’ici, c’est professionnel. (Rien à voir avec le questionnaire de l’été du dernier numéro du magazine people numéro 1).

Pour y trouver un réel intérêt, il ne suffit pas de lire le livre juste comme ça, comme on lit un roman pour ensuite le ranger dans sa bibliothèque. La lecture du fascicule doit se faire plusieurs fois, s’éplucher couche par couche (un peu comme un oignon). Il est aussi intéressant de relire des extraits en fonction des besoins du moment et des situations.

Pour ceux et celles décidés à APPLIQUER CONCRETEMENT les petits et grands conseils tirés de leur test, je vous dis :”GO!” sans hésiter. Vous en tirerez sûrement beaucoup d’avantages.

 

Namaste

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :