3 mudras des yeux (drishtis) pour développer la concentration

 

squint-518072_1280

 

Les mudras sont des gestes qui développent, canalisent et condensent l’énergie.

Il existe :

– des mudras qui sont complémentaires des postures ou des pranayamas comme certains gestes des mains, de la langue, des yeux,…

– des mudras qui sont des techniques à part entière (Maha mudra, Jyoti mudra,…).

 

Certains mudras sont tout en finesse comme certains mudras des mains.

D’autres sont de vrais “boosters” d’énergie : ils demandent énormément de concentration, exercent l’endurance et la volonté. Ca chauffe, ça sue … Le souffle est sollicité un maximum. Bref, pas facile facile … D’ailleurs ils ne sont pas tous accessibles aux débutants. Ils demandent d’y aller progressivement, d’être patient et persévérant.

 

Je vous propose de découvrir 3 mudras des yeux (on peut dire aussi “drishti”). Ce sont des gestes de base en Natha Yoga.

Ils sont accessibles à tous. Ils peuvent se pratiquer seuls sous forme de concentration, ou bien ils sont complémentaires d’autres pratiques (postures, respirations,…).

Ils n’ont l’air de rien mais vous allez voir que, derrière le côté clown et rigolo, se cachent des pratiques qui peuvent réserver quelques surprises.

Pourquoi les yeux ?

 

Le point de vue du yoga

La dispersion, l’agitation mentale a en partie pour origine les distractions du monde extérieur. Ces distractions sont perçues par nos organes des sens et les yeux font partie des organes des sens les plus sollicités.

Dans un fonctionnement habituel, nos 2 yeux “regardent le monde” de manière différente. Nous avons un “oeil directeur”. Seulement, même si nous ne nous en rendons pas compte au quotidien, cet oeil directeur change souvent de côté.

Personnellement, les concentrations sur support visuel (comme une concentration sur un point ou une concentration sur une flamme de bougie) m’ ont permis de prendre conscience de ce mécanisme. Quand on y prête attention, c’est affolant de constater à quel point notre concentration peut être “coupée” par ces “micros mouvements” des yeux (Je trouve que ça ressemble à une sensation de court-circuit).

Pour contrecarrer ce mécanisme, le yoga propose d’apprendre à converger les 2 yeux sur un seul point, c’est-à-dire, à … loucher.

Rassurez-vous, les croyances qu’on vous a inculquées quand vous étiez enfant à propos du fait de loucher sont totalement fausses. Vos yeux ne vont pas restés bloqués si le vent souffle … Au contraire, les enfants ont une intelligence du corps que les adultes ont perdu. Si ça les fait rire de loucher et qu’ils aiment jouer de ça, c’est parce que … c’est bon pour eux. Et ils ne sont pas encore inhibés par les codes de bonne conduite.

 

Les yeux, un statut particulier, aussi pour les occidentaux…

Nos sens nous permettent de capter les informations extérieures. Ils sont directement reliés à notre système nerveux.

Une importance toute particulière est donnée aux yeux dans plusieurs disciplines.

Par exemple :

En PNL : programmation neuro-linguistique :

Le mouvement des yeux donne des indications sur les processus sensoriels par lesquels une personne accède à une information.

Par exemple : En fonction de la direction du regard (gauche-droite / haut-milieu-bas), on peut savoir :

– si une personne fait appel à ses souvenirs ou à son imagination

– si une personne fait appel à ce qu’elle voit, ce qu’elle entend, ce qu’elle ressent, ce qu’elle se dit …

 

En EMDR : Eye Movement Desensitization and Reprocessing

On utilise les mouvements oculaires à des fins thérapeutiques. (Par exemple, pour soigner les stress post-traumatiques, etc…)

 

Nous voyons ici que la position et les mouvements des yeux influencent et donnent des indications sur nos processus neurologiques, mentaux et discursifs.

Dès lors, on peut déduire qu’ immobiliser le regard sur un point va avoir pour effet de neutraliser ces processus et ainsi calmer l’activité mentale.

 

Les mudras des yeux (drishtis) en photos, ça donne ça :

 

nasagradrishti 21) Nasagra drishti : fixation oculaire du bout du nez

 

 

 

 

 

 

 

 

bhrumadhya drishti2) Bhrumadhya drishti : fixation du point entre les yeux

 

 

 

 

 

 

 

 

shambavimudra3) Shambavimudra : fixation convergente sur un point le plus haut possible

 

 

 

A vous d’effrayer les voisins ! …euh … je voulais dire … A vous de jouer Sourire !

Prenez une bonne assise et redressez la colonne vertébrale.

Maintenez votre base en installant Mula Bhanda (contraction de l’anus).

Posez les mains sur les genoux ou faites un geste des mains (par exemple, joignez le bout du pouce et le bout de l’index)

Prenez conscience de votre respiration. Imaginez que vous faites circuler votre souffle dans votre colonne vertébrale, du bas vers le haut à l’inspiration, du haut vers le bas à l’expiration.

Louchez.

Si c’est difficile, louchez quelques secondes puis relâchez. Reposez un peu les yeux et recommencez plusieurs fois.

Si vous maintenez la pratique un moment, vous allez peut-être être surpris des sensations et aussi du travail musculaire que ça demande …

Comme toujours, respectez vos limites. Il peut arriver, au début, d’avoir un peu mal au crâne après la pratique. Cette sensation doit se dissiper de fois en fois. Si ce n’est pas le cas, c’est que vous forcez. Dans ce cas, essayez-vous régulièrement dans le courant de la journée (n’importe quand, n’importe où) mais pas longtemps, quelques secondes par ci, quelques secondes par là.

Vous pouvez vous entraîner les yeux ouverts, les yeux mi-clos, les yeux fermés.

 

Bon amusement !

11 Comments

  1. Hello Eve-Anne! Ton article est intéressant, merci de me faire découvrir ces mudra des yeux que je n’avais encore jamais pratiqué. Suite à la lecture de ton article, j’ai donc essayé mais impossible de faire Bhrumadhya drishti. En haut et en bas, pas de souci (même si en effet ça fait un peu mal à la tête) mais au « milieu » je n’arrive pas. Si tu as des conseils pour essayer de concentrer le regard sur ce point, je suis preneuse 🙂 A bientôt!

    • Eve Anne

      Salut Emilie,

      tu peux essayer en plaçant ton index à hauteur du point entre les yeux mais à 15-20 cm (même encore plus loin si nécessaire) et tu louches sur le bout de ton doigt. De fois en fois, tu vas progressivement rapprocher ton doigt de ton nez.

      Bon amusement 🙂

  2. Super ! Merci pour cette découverte.
    L’article est très intéressant

    • Eve Anne

      Merci Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :