Le grand angle : la jeunesse est dans vos hanches

Le grand angle, maha konasana, est une posture qui fait un bien fou ! Si vous souhaitez entretenir votre vitalité et votre jeunesse, c’est une posture idéale.

Elle peut être impressionante au premier abord. Mais si vous pensez que cette posture n’est pas pour vous, détrompez-vous ! Il existe plusieurs façons de pratiquer le grand angle, dont certaines restent accessibles au plus grand nombre.

De manière très globale, le grand angle :

  • soulage et tonifie les jambes, tous les organes du bas-ventre, du ventre et les reins
  • a des effets bénéfiques sur le système ostéo-articulaire du bassin et des jambes
  • aide aussi au « nettoyage » du corps, en étirant des muscles comme le psoas

Par son action sur les hanches et sur les organes sexuels, le grand angle est une posture qui entretient la jeunesse. En effet, la vitalité du corps est intimement liée à l’énergie sexuelle. Tonifier toute la zone du bassin et entretenir la souplesse des hanches est donc un excellent moyen de rester en pleine forme.

Mais le grand angle aussi une posture de détente profonde car elle agit sur des tensions au niveau du plancher pelvien (anus, sexe,…), qu’on ne soupçonne pas forcément. Autant nous percevons facilement certaines tensions et certains noeuds du corps (avoir une boule dans le ventre ou le plexus solaire, avoir une oppression dans la poitrine, avoir la gorge serrée, avoir des raideurs dans la nuque, …), autant c’est beaucoup plus difficile de prendre conscience de tensions qu’on pourrait avoir au niveau de sa base.

Et pourtant, ces tensions peuvent avoir un impact important, notamment une tendance à rester tendu voire hypertendu.

Si, malgré des relaxations, des étirements divers, des exercices de respiration, vous avez le sentiment de ne pas réussir à vraiment vous détendre, si vous avez le sentiment que quelque chose en vous ne se relâche pas, il est peut-être alors intéressant de se pencher sur la santé de votre plancher.

 

Comment pratiquer le grand angle ?

Comme pour toute posture, il existe différentes variantes du grand angle. Celle que je vous propose ici est une façon de faire en yoga thérapeutique.

Pourquoi ai-je choisi cette version ?

  • Premièrement, parce qu’elle est plus en mouvement que la version classique, ce qui rend les choses plus accessibles pour le souffle et le mental si cette posture représente un challenge pour vous.
  • Deuxièmement, ce n’est pas parce qu’elle est tirée du yoga thérapeutique qu’on ne peut la faire aussi de temps en temps juste pour le fun.
  • Troisièmement, je suis devenue accro … 🙂

La posture du grand angle se pratique en deux temps.

  • Dans un premier temps, cette posture travaille la latéralité.
  • Dans un deuxième temps, la posture se fait au centre.

 

Le grand angle : première partie

Asseyez-vous en écartant largement les jambes sur le côté. Pour aider au redressement, vous pouvez appuyer les mains au sol.

Installez l’ujjayi.

Convergez le regard sur le bout du nez. Installez jiva bhanda : c’est-à-dire, plaquez la langue contre le palais et appuyez la pointe de la langue sur les dents de devant.

Installez mula bhanda

 

Sur l’expiration, penchez-vous en avant.

 

 

 

 

 

Sur l’inspiration, redressez-vous et levez les bras

 

 

 

Sur l’expiration suivante, penchez-vous sur la jambe droite. Attrapez le pied, les orteils ou la cheville, en fonction de vos possibilités. En gardant les poumons vides, rasez le sol pour aller chercher le pied, les orteils ou la cheville gauche Toujours poumons vides, rasez à nouveau le sol pour revenir sur le pied, les orteils ou la cheville droite.

Si vous avez le bas du dos sensible, ou si, en pratiquant, cela vous fait mal au dos, c’est que vous voulez vous pencher trop en avant, au-delà de vos limites corporelles actuelles.

Dans ce cas, il suffit de descendre moins bas, tout simplement. Ca ne pose aucun souci, le plus important restant de pouvoir faire le mouvement d’aller-retour entre les jambes

P1060971 P1060970

 

Quand vous avez fait, l’aller retour pied droit – pied gauche – pied droit,

sur une inspiration, remontez au centre et étirez les bras vers le haut.

Tenez un peu les poumons pleins.

 

 

Ensuite, recommencez, cette fois en descendant d’abord sur la jambe gauche.

Sur l’expiration, penchez-vous cette fois sur la jambe gauche. Toujours les poumons pleins, rasez le sol pour attraper le pied droit Revenez ensuite, toujours en rasant le sol, sur le pied gauche

 

Sur l’inspiration, remontez le corps au centre en étirant les bras vers le haut.

Tenez un instant les poumons pleins.

Puis recommencez toute la série.

 

 

Vous pouvez faire cette série 3 ou 5 fois. Et sur une dernière expiration, ramenez les mains au sol.

 

 

Le grand angle : deuxième partie

Démarrez assis au sol avec les jambes largement écartées, les paumes de mains s’appuyant au sol pour aider au redressement.

Installez l’ujjayi.

Convergez le regard sur le bout du nez.

Installez jiva bhanda : c’est-à-dire, plaquez la langue contre le palais et appuyez la pointe de la langue sur les dents de devant.

Installez mula bhanda

 

 

Sur l’expiration, penchez-vous en avant

 

 

 

 

 

Sur l’inspiration, redressez-vous et étirez les bras vers le haut.

 

 

 

P1060972

 

Sur l’expiration, penchez-vous en avant et attrapez les gros orteils

 

 

 

P1060975 P1060976
Sur l’inspiration, relevez le corps en étirant le dos.

Etirez l’arrière des jambes en dirigeant les gros orteils vers la tête. Ne lâchez pas les orteils ou les pieds.

Alignez la tête le mieux possible avec la colonne vertébrale

Sur l’expiration, penchez-vous en avant.

Dirigez cette fois les orteils vers l’avant.

Ne lâchez pas la prise de mains

Recommencez cet aller retour 3 ou 5 fois

A nouveau, faites attention à ne pas vous faire mal au dos. Soyez à l’écoute de vos limites et penchez-vous moins bas si nécessaire.

P1060977 P1060978
Vous pouvez simplement attraper les jambes ou les chevilles, pieds flex sur l’inspiration Vous pouvez tout simplement attraper les jambes ou les chevilles, pieds pointe sur l’expiration

 

Se pencher un peu, beaucoup, à la folie, ou … pas du tout.

Si  vous avez de gros soucis dans le bas du dos,

Si, quand vous vous asseyez les jambes écartées, vous avez l’impression de partir complètement en arrière,

alors ne vous penchez pas en avant.

Soutenez le dos avec les mains.

Faites des “pieds flex” sur l’inspiration et des “pieds pointe” sur l’expiration

 

Prenez ensuite un moment d’observation en relaxation ou en embryon d’or.

 

Si cet article vous a plu, laissez un commentaire et partagez !!!

Bonne pratique à tous !!!

 

 

11 Comments

  1. Marie

    Merci pour m’avoir fait découvrir cette posture. Ma difficulté est de rester le dos bien droit avant de descendre sur les jambes,je m’aide avec les mains à plat dans le dos. Je vais l’intégrer régulièrement dans ma pratique afin de bien en ressentir toutes les sensations. Namaste.

    • Eve Anne

      Merci Marie et bonne pratique !

  2. Abel Sylvie

    J’aime beaucoup vos articles bien détaillés , cela m’aide beaucoup à progresser et surtout à ne pas trop exiger de moi mais plutôt à être patiente et à,l’écoute de mon corps qui me remercie .
    Tous vos articles sont très bien conçus et agréables . Un grand merci pour ce que vous faites .

    • Eve Anne

      Bonjour,

      merci pour ce commentaire. Ca fait plaisir ! 🙂

  3. Françoise

    L’écartement des jambes est pour moi un vrai cauchemar ! Si poser le buste sur la jambe ou me pencher vers l’avant les mains tenant les orteils ne me posent pas de problème particulier, l’écartement des jambes, si. Je suis souple d’une manière générale, sauf pour écarter largement les jambes…
    Quoi qu’il en soit, merci pour cet article clair et bien fait 😉

    • Eve Anne

      Bonsoir Françoise,

      Merci pour votre commentaire.

      Vous écartez les jambes là où c’est possible pour vous, tout simplement. Le plus important reste de bien gérer le souffle et de bien faire l’aller-retour entre les pieds en étant bien centré dans sa base.

      Bonne pratique !

  4. Claudine

    Même moi qui suis souple, je ne peux plus faire cette posture et m’allonger comme vous le faites sur les côtés ou vers l’avant. Très peu de personnes y parviennent d’ailleurs.
    Je suis un peu surprise. Je viens d’écouter votre video sur la souplesse, sur le fait qu’il ne faut pas en faire une obsession, mais cette posture, que vous réalisez parfaitement, montre l’inverse. Comment une personne raide (comme les 3/4 de la population) pourrait-elle prendre aisément cette posture ? Quelles adaptations proposez-vous. Personnellement, je suggère à mes élèves des petits coussins sous les genoux, les pieds en rotation interne, une flexion des genoux (même sans coussin)… Et surtout je privilégie le dos érigé, afin d’éviter tout problème de lombaires. C’est une posture qui n’est pas sans risques – et je ne les vois pas évoqués ici. Ce serait intéressant de mettre en garde les gens qui risquent d’arrondir le dos, qui risquent, lorsqu’ils se penchent sur un côté, de décoller un peu la fesse opposée et ainsi risque de se faire mal au dos. Ce serait intéressant de proposer des adaptations (peut-être en connaissez-vous que je ne connais pas… Et ça, ça m’intéresse! Sourire). Merci en tout cas. Je vais continuer à découvrir votre site (première fois que j’y viens).

    • Françoise

      Excellente objection, Claudine ! Il est vrai que ce genre de postures n’est pas sans risque et vos propositions sont les bienvenues. Il est vrai que chacun a une morphologie différente, des « petits problèmes » différents, etc. et il faut trouver des solutions qui permettent d’exécuter la posture pour en tirer ses bienfaits malgré tout.

      • Eve Anne

        Bonsoir Françoise,

        Je suis tout à fait d’accord sur le fait de trouver des solutions pour chacun. Et c’est ce que je fais depuis 10 ans, quand je reçois en cours individuel.

        Par contre, vous êtes ici simplement sur un blog. Cet article reste une présentation générale de la posture. Ce n’est pas un cours, ni un rendez-vous privé.
        Je ne peux pas dans un simple article envisager tous les cas de figures possibles ni tous les « problèmes » et y apporter une réponse personnalisée.

        Comme je le répète très souvent sur ce blog, si vous avez des soucis de santé particuliers, vous devez demander l’avis d’un professeur en présentiel.

    • Eve Anne

      Bonjour Claudine,

      Dans tous mes articles, vous verrez que je montre les postures dans leur version complète. Et que je montre également des versions plus faciles ou adaptées. En tant que professeur, cela me parait tout à fait naturel et légitime pour les élèves d’avoir aussi accès à la posture complète. Cela fait tout simplement partie de la transmission et n’est en aucun cas une obsession à propos de quoi que ce soit.

      A plusieurs endroits dans l’article, si vous faites attention, je mets en garde contre l’excès de zèle et montre des façons de faire plus douces. Je suis tout à fait d’accord sur le fait de trouver pour chacun la façon de faire qui lui convient.

      Par contre, vous êtes ici simplement sur un blog. Cet article reste une présentation générale de la posture. Ce n’est pas un cours, ni un rendez-vous privé.

      Comme je le répète très souvent sur ce blog, pour les personnes qui ont des soucis de santé particuliers, il faut demander l’avis d’un professeur qualifié en présentiel.

      Il s’agit ici d’un simple article « général » de blog. Il n’est pas lié au programme on line. Ni le contenu ni la pédagogie d’un simple article ne sont pas à comparer à celui d’un programme ou une formation sur portail privé.

      Bonne soirée

  5. Claudine

    Bonjour,
    Loin de moi l’idée de polémiquer. Je constatais juste que dans la video de présentation, très bien faite, vous montrez les postures abouties, mais aussi des postures plus aisées, permises aux (nombreuses) personnes rencontrant des limites (souplesse ou autre). Mais ici, vous faites une démonstration très réussie du « Grand Angle » mais je connais fort peu de personnes capables de faire cette posture de façon aussi réussie! (2, 3 % ?) Quoi qu’il en soit, ce qui me surprend par rapport à votre vidéo d’introduction, c’est que justement, alors que vous insistez, avec justesse, sur la nécessité, parfois, d’adaptations, vous n’en proposiez pas ici… C’est tout… Je pense aux nombreux et nombreuses pratiquant(e)s qui ont des difficultés articulaires, de la raideur. Vous dites:  » vouloir devenir plus souple pour faire une posture plutôt que faire une posture pour être plus souple. » Mais ici, vous montrez une personne très souple (vous-même). Les personnes qui voient cette belle posture risquent de forcer (ce que vous déconseillez avec raison). C’est un peu contradictoire. Il manque simplement deux ou trois adaptations (flexion des genoux par exemple).) Mais j’apprécie ce que vous faites et je vais découvrir votre site avec plaisir! Insistez peut-être davantage sur les précautions à prendre, notamment dans ce genre de posture – qui n’est pas sans risques. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :