Yoga et Pranayama : Le bhastrika abdominal

fire-3314_1280Le bhastrika signifie “Le soufflet de forge”. Vous verrez dans la vidéo ci-dessous à quel point il porte bien son nom.

Le bhastrika est un joyau du pranayama, non seulement pour ce qu’il apporte tant sur le plan de l’énergie que sur le pan de la santé, mais aussi parce qu’il a un côté magique pour débloquer des postures. Si vous avez des difficultés ou des tensions dans une posture, faites-y un bhastrika et vous allez sentir tout de suite la différence. Si vous sentez que votre souffle est court, agité, faites un bhastrika et vous verrez ensuite comment les rétentions sont plus faciles.

 

Il existe deux sortes de bhastrika : le bhastrika abdominal et le bhastrika thoracique. Nous allons voir ici le bhastrika abdominal.

Débloquer le ventre n’est pas toujours facile et peut demander du temps (plusieurs semaines, plusieurs mois) pour certaines personnes. Mais vous verrez que, si vous vous y mettez, le bhastrika deviendra rapidement une technique du quotidien, une technique qu’on fait tout le temps, que ce soit dans la durée, ou bien par-ci par-là dans la journée. Presque une seconde nature…

 

Attiser le feu

fire-243693_1280En effet, tout comme le soufflet du forgeron, ce pranayama attise ce que le yoga appelle “le feu” ou les “énergies de feu”. Ce sont des énergies de force, de puissance, d’endurance et de stabilité.

Le “feu” définit également notre capacité de digestion, que ce soit sur le plan physiologique ou sur le plan émotionnel ou mental. Les pratiques qui développent le feu sont donc également des pratiques de santé et de jeunesse et sont nécessaires pour appréhender les évènements du quotidien avec recul et aplomb.

Cette énergie se localise dans ce qu’on appelle les points du feu : l’axe, les cakras de la base, du ventre et de la gorge, les yeux, les pouces et les gros orteils.

Egalement, en mobilisant fortement le diaphragme, le bhastrika défait les tensions du plexus solaire et du ventre.

 

La technique du bhastrika abdominal

Le bhastrika abdominal est un souffle rapide (plus ou moins 50 respirations à la minute) qui se fait uniquement dans le ventre.

L’inspiration et l’expiration sont de même durée, brève, de même intensité et distinctement séparées.

Notez que, naturellement, notre expiration est plus puissante que l’inspiration. Une des petites difficultés du début est de trouver une inspiration aussi profonde et intense que l’expiration.

La technique proprement dite est difficile à expliquer en mots. Je vous renvoie à la vidéo.

 

Le bhastrika se fait en ujjayi, ce qui n’est pas forcément évident au début. Cherchez le frottement de l’air dans la gorge.

 

– Il existe plusieurs visualisations possibles. Ici je vous propose la visualisation dans l’axe :

Visualisez une sphère rouge au niveau de votre base et une sphère de couleur blanche au niveau de la fontanelle. Le souffle monte dans l’axe (colonne vertébrale) de la sphère rouge à la sphère blanche à l’inspiration et redescend à l’expiration.

Il est important de visualiser et de sentir (développer la sensation de toucher) la colonne vertébrale, comme si on la frottait, on la magnétisait.

– Il existe également plusieurs mantras : je vous propose ici de prononcer mentalement le son “So” à l’inspiration et “Ham” à l’expiration.

Installez Mula Bandha : la contraction du sphincter de l’anus. Cette contraction “contrarie” un peu le mouvement du ventre. C’est cependant souhaitable pour modérer le mouvement du ventre et éviter de trop le gonfler ou de trop faire ressortir les organes.

 

Vous devez :

expirer complètement avant de commencer

enchaîner 3, 5, 7, 9,… séries de quelques minutes entrecoupées de rétentions à poumons pleins.

visualiser l’énergie qui se répand partout à partir de l’axe pendant la rétention

 

Pour aller plus loin

Pour augmenter l’efficacité, la concentration et l’intensité, vous pouvez ajouter d’autres mudras et bhandas :

Kecarimudra : retourner la langue dans la bouche pour toucher le palais mou avec la pointe de la langue

ou Jivabandha : plaquer la langue contre le palais et le bout de la langue contre les dents

Shambavimudra : converger les yeux (loucher) vers un point au centre du front

Jalandharabhanda : contraction de la gorge (au moins pendant les rétentions)

 

Je vous propose de regarder tout ça en vidéo. Ca vaudra plus qu’un long discours.

 

 

Puis de passer à l’action avec l’audio ci-dessous. Je vous y accompagne pour trois petites séries  de 2 minutes avec rétentions à poumons pleins de 30 secondes. Juste le temps de vous familiariser. Puis vous pourrez pratiquer à votre propre rythme et le temps que vous voulez. Vous pourrez augmenter le nombre de séries et/ou faire des séries et des rétentions plus longues.

Evidemment, c’est PROGRESSIF. Commencez entre 5 et 10 minutes. Puis, dans quelques mois ou  années, qui sait … 20, 25 minutes pour les plus intrépides …

 

Je vous souhaite une très belle pratique et beaucoup de bien-être dans votre yoga

13 Comments

  1. beatrice

    ça a l’air génial, merci, faut que je m’y mette sérieusement

    • Eve Anne

      Merci !
      Bonne pratique 🙂

  2. Bernard Houde

    Merci beaucoup de vos claires expliquations et du partage 🙂

    • Eve Anne

      Merci à vous Bernard !

  3. Olivero

    Bonjour, je souhaiterais m’inscrire à vos infos . Merci d’avance

    • Eve Anne

      Bonjour audrey,

      Pour recevoir les infos du blog, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter (barre latérale du blog). Vous pouvez aussi laisser votre nom et votre adresse mail quand le pop up s’affiche pour recevoir le guide de yoga gratuit. vous serez ainsi également tenue au courant de la sortie des articles.

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :